De Maupassant à Marcel Proust - Collection "La joie de vivre"


Quelques lignes sur ces oeuvres qui rythment la collection "La joie de vivre"

La joie de vivre est sûrement un des romans le moins connu d'Émile Zola et pourtant, il fait partie des immenses fresques sociales et psychologiques dépeintes dans les Rougons-Macquart qui ont, selon moi, le plus d'intérêt. Ma lecture de ce roman remonte déjà à quelques années mais mon goût pour cet auteur ne s'effacera pas et il était inévitable qu'il ait sa place dans cette première collection. Dans ce roman, les animaux ont une place particulière et c'est cette sensibilité animale qui m'a touchée. Mathieu, le chien et la chatte Minouche, sont deux êtres qui occupent un rôle dans le récit. C'est un roman que je vous recommande !

"Combien est plus saine la réalité, la rudesse des peintures vraies, l'analyse des plaies humaines !"

Emile Zola, article paru dans le Messager de l'Europe vers 1876.

Les marque-pages

L'amant de Marguerite Duras. Que ce roman soit dans cette collection est évidemment mon choix le plus étonnant. Ce partage littéraire sera pluriel. En effet, je n'ai pas adoré ce livre et c'est bien pour cela qu'il est ici. Je souhaite parler des livres qui m'ont plu mais également souligner certains par leurs différences. D'ailleurs vous verrez, je parlerai également de romans que je n'ai pas encore lus car la littérature égaye la créativité.

Revenons à Marguerite Duras, j'aime sa plume et uniquement sa plume. Le récit ne m'a pas spécialement touchée mais les mots utilisés sont si forts de sens qu'ils amènent au récit de la puissance et c'est cela que j'ai aimé.

Notre coeur de G. de Maupassant, c'est le livre qui m'a fait aimer Maupassant. Véritable parterre de fleurs ce livre est une pépite. La puissance des sentiments est soutenue tout au long du récit. Dans mon carnet de citations, j'y ai écrit :

"[...] car c'est par l'écriture toujours qu'on pénètre le mieux les gens. La parole éblouit et trompe, parce qu'elle est mimée par le visage, parce qu'on la voit sortir des lèvres et que les lèvres plaisent et que les yeux séduisent. Mais les mots noirs sur le papier blanc, c'est l'âme toute nue." Notre coeur, Maupassant.

La Femme de trente ans d'Honoré de Balzac, voici un des livres qui a rejoint ma bibliothèque récemment. Il est encore énigmatique pour moi mais j'y imagine un récit féministe. J'ai imaginé un marque-page chic et féminin à souhait. J'ai hâte de voir s'il lui correspond.

Le tote bag

Jane Eyre Véritable ode champêtre, mon tote bag est le miroir de la campagne anglaise. C'est ce à quoi il me fait penser. Voici quelques mots relevés dans une des oeuvres des soeurs Brontë :

"Les pressentiments, les affinités, les signes, sont des choses étranges qui, en se combinant, forment un mystère dont l'humanité n'a pas encore trouvé la clé."

Jane Eyre, Charlotte Brontë.

Les broderies

A l'ombre des jeunes filles en fleurs de Marcel Proust. J'aime beaucoup de choses chez Proust et en particulier ses phrases interminables souvent critiquées, la richesse de son vocabulaire. J'ai lu les deux premiers volumes. Les cinq prochains seront lus sûrement après l'engouement Proustien. Ce bouquet sera ma madeleine de Proust à vous et à moi.

"A dix heures, le concert éclatait sous mes fenêtres. Entre les intervalles des instruments, si la mer était pleine, reprenait, coulé et continu, le glissement de l'eau d'une vague qui semblait envelopper les traits du violon dans ses volutes de cristal et faire jaillir son écume au-dessus des échos intermittents d'une musique sous-marine." Marcel Proust, 1918.

Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, l'incendie de Notre-Dame de Paris ne vous a sûrement pas échappé. J'ai réalisé cette broderie au lendemain de ce drame, une Notre-Dame heureuse de vivre dans un cadre printanier comme elle aurait dû l'être. Ce livre attend sagement dans ma bibliothèque que je le lise mais j'ai hâte d'avoir vos avis sur ce roman.

 

Au plaisir de partager de futurs échanges littéraires avec vous,

tendrement.

July