La broderie « Les bouquinistes » inpirée d’Illusions perdues d’Honoré de Balzac


« Par une assez froide matinée du mois de septembre, il descendit la rue de La Harpe avec ses deux manuscrits sous le bras. Il chemina jusqu’au quai des Augustins, se promena le long du trottoir en regardant alternativement l’eau de la Seine et les boutiques des libraires [...] »
Voici le passage du roman d'Honoré de Balzac "Illusions perdues" qui m'a inspirée cette nouvelle broderie.
Amitiés,
July

Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés



français fr